Baumes pour peaux sensibles

 In Articles de presse

La peau sensible réagit de façon exagérée aux agressions internes et externes, d’où ses noms de «peau réactive» ou «peau susceptible». Il ne s’agit pas là d’une tendance aux rougeurs ou à la couperose, mais bien d’une affection cutanée chronique. Picotements, démangeaisons et brûlures quittent rarement leurs hôtes et altèrent fréquemment  beauté et bien-être. Souvent héréditaire, la peau sensible peut néanmoins s’améliorer si on lui accorde le soin qu’elle réclame.

Comment la reconnaître? On définit la finesse d’une peau à sa transparence, qui laisse apparaître le réseau veineux. La peau sensible est fine, sans comédons ou boutons; son grain de peau serré et velouté. La coloration est uniforme et rarement tachée. Le teint est très rosé ou même rouge par endroits (rougeurs diffuses ou couperose). Cependant, l’ensemble dérive toujours d’un système sanguin en souffrance et affiche la même gamme de couleurs (du rose pâle au violet, en passant par le rouge). Au toucher, elle dégage souvent une forte chaleur; le manteau cutané est très tendu. La vraie peau sensible évolue par paliers de crise et c’est pourquoi l’hiver et l’été sont les saisons qui produisent les plus grands pics de crises: toutes les affections cutanées décrites sont alors à leur paroxysme en raison  du froid vif, ou  de la chaleur intense. La peau compte des milliers de capteurs sensoriels qui renseignent en permanence le cerveau sur les conditions extérieures. Les terminaisons nerveuses d’une peau normale se mettent ainsi en mode «alerte» lorsqu’il faut avertir le cerveau d’un danger, par exemple la chaleur du feu, ce qui permet à l’individu de réagir avec la réaction appropriée.

Dans le cas de la peau sensible, c’est comme si tous les récepteurs cutanés étaient bloqués sur le mode «alerte» en permanence ce qui concourt au   facteur d’hypersensibilité: microcirculation perturbée, barrière cutanée (film hydrolipidique) déficiente. En  conséquence, l’épiderme est fragilisé et son seuil de tolérance devient très faible. Dès lors, il y a surproduction de radicaux libres dans les tissus,  associée à une sécrétion anormalement élevée de «cytokines», molécules  impliquées dans la réponse pro- inflammatoire du système immunitaire. Le terrain concerné devient enflammé, en profondeur et de façon chronique.

Les axes de traitement Il est essentiel de limiter l’utilisation de l’eau du robinet, qui contient de nombreux produits chimiques. Les hydrolats (eaux de fleur en vaporisation) sont de petites merveilles à cet égard: vaporisez-les à une distance équivalente à la longueur du bras et tapotez délicatement en répétant l’opération. Les hydrolats bios de bleuet, de camomille, tilleul, fleurs d’oranger, géranium bourbon, hélichryse italienne, lavande vraie, matricaire, menthe poivrée, rose de Damas et verveine sont particulièrement recommandés.

Les cosmétiques sans alcool Utilisez des cosmétiques sans alcool et évitez les gommages et les masques à base d’argile. Dans la famille des huiles, on privilégiera les macéras de millepertuis et de calendula de même que les huiles végétales pures d’amande douce et de lys. Soyez vigilantes avec les huiles essentielles aux actifs puissants, à l’exception de celles d’hélichryse italienne bio (immortelle bio) et de lavande vraie (diluez-les dans un peu d’huile végétale d’amande douce). Un second axe de traitement consiste à protéger la peau grâce à l’hydratation. En effet, une cellule gorgée d’eau est une cellule qui se défend mieux contre tout type d’agression. La nutrition de la peau (famille des «cold creams») revêtira  une importance capitale pour renforcer le film hydrolipidique, notamment en hiver!

Les conseils associés  Le plus important est donc de ne pas attendre que les périodes aigües de crises se manifestent, mais de les anticiper par l’utilisation de cosmétiques adaptés toute l’année. La gestuelle de soin doit être douce. L’eau chaude n’est pas conseillée, car la chaleur dissout le sébum protecteur. Limitez les épices et les boissons quasi brûlantes qui actionnent violemment la régulation thermique. Réduisez l’exposition au soleil, au vent et au froid ainsi que le stress; les peaux sensibles accompagnent souvent les individus sensibles!

En conclusion, la peau véritablement sensible est une peau exigeante qui demande beaucoup d’attention. Les cosmétiques naturels seront donc particulièrement recommandés pour respecter sa délicate nature. De nombreuses marques bio proposent des gammes spécifiques toutes dignes d’intérêt, à vous de réaliser  vos tests pour connaître les préférences de votre peau. Bien que la peau sensible exige beaucoup de soins, elle présente cependant une petite consolation: son rythme de vieillissement est très acceptable.

Carol Cassone

Pour Oliv’ Magasine, janvier 2013

Recent Posts

Leave a Comment

Contact

Merci de nous laisser votre message, nous vous répondrons au plus tôt.